the school announces that it will maintain its partnerships with Israeli universities

the school announces that it will maintain its partnerships with Israeli universities
the school announces that it will maintain its partnerships with Israeli universities

Sa prise de parole était plus qu’attendue. Ce jeudi 2 mai, l’administrateur provisoire de Sciences Po Paris, Jean Bassères, s’est exprimé suite à la série de mobilisations propalestiniennes qui ont bousculé l’IEP la semaine dernière. Son intervention était programmée quelques minutes seulement après le «town hall» accordé par l’administration. Un rassemblement à l’américaine durant lequel les élèves ont débattu avec la direction de l’institution.

«Il a fallu débattre pendant plus de deux heures ensemble. Ça a été un débat difficile avec des prises de position dures et beaucoup d’émotions», a commencé Jean Bassères devant un attroupement de journalistes. Environ 320 personnes – parmi lesquels des étudiants, des enseignants et des employés – ont assisté au débat, mobilisant 8 représentants étudiants et autant de représentants de l’école. Une discussion qui a permis au directeur de «préciser un certain nombre de points», et en particulier «notre intransigeance sur l’antisémitisme et la lutte contre les séparatismes».

La direction veut rassurer Valérie Pécresse

Le 12 mars dernier, un incident survenu dans l’amphi Boutmy avait suscité une vive polémique. Une étudiante de l’Union des étudiants juifs de France (UEJ) avait en effet été empêchée d’accéder à une réunion organisée par des étudiants propalestiniens, au motif qu’elle était «sioniste». «Il y a eu des tensions liées au conflit israélo-palestinien et on constate une hausse des signalements liés à l’antisémitisme», reconnaît Jean Bassères, précisant que les résultats de l’enquête concernant l’incident en question étaient encore attendus. «On prendra des décisions ensuite», poursuit-il.

Concernant le retrait des financements de la région Île-de-France, annoncé par Valérie Pécresse lundi 29 avril «tant que la sérénité et la sécurité ne seront pas rétablies», le directeur tempère. «La position de la région peut être débattue et j’espère rencontrer Valérie Pécresse à ce sujet pour la rassurer sur ses inquiétudes», poursuit-il.

Les partenariats avec Israël maintenus

Parmi les revendications des étudiants propalestiniens, la fin des partenariats entre Sciences Po Paris et des établissements israéliens est systématiquement martelée. Une revendication difficilement audible pour l’IEP. «Les partenariats avec les universités sont les derniers ponts à couper. Nous devons respecter la pluralité comme nous respectons tous ces gens avec qui nous travaillons», développe Arancha Gonzalez, directrice de l’école d’affaires internationales de Sciences Po.

Our students, as young as they are, have difficulty understanding “French-style” secularism

Sciences Po Paris

The dialogue between the administration and the students has therefore not led to “no decision” but rather for each party to speak, while the IEP partials will begin Monday May 6 for around ten days. “I called on everyone to have a sense of responsibility to start the exams under planned conditions. We’ll see how it goes in the coming days. But I feel that these young people were very touched on a personal level”, believes Jean Bassères. The various incidents should lead the IEP to establish new thinking around secularism and neutrality. “We are planning, from the start of the school year next September, an update on “French-style” secularism. Because our students, as young as they are, have difficulty understanding it”specifies the establishment.

Friday April 26, 1000 to 2000 people gathered on rue Saint-Guillaume in Paris, at the entrance to the Sciences Po campus, to protest in favor of Palestine. The IEP students, often masked or wearing keffiyehs, chanted their slogans “Israel murders, Sciences Po complicit” Or“Free Palestine” alongside students from other establishments, activists but also politicians from La France insoumise. After twelve hours of intense mobilization, the police finally evacuated the public highway. The school management had for its part announced an agreement with the activists, indicating a commitment to suspend the disciplinary procedures launched against demonstrators and to organize an internal debate on the Israel-Hamas conflict, the famous “town hall” planned this Thursday.

-

-

PREV Mathieu Ladouceur triumphs in Toronto in front of 8,800 runners
NEXT Europeans: Bardella launches the countdown to a predicted victory in Perpignan: News